Rebbah expose à Abou Dhabi la politique du Maroc dans la lutte contre les changements climatiques

13 Jan 2020 à 15:16 Economie
Rebbah expose à Abou Dhabi la politique du Maroc dans la lutte contre les changements climatiques

La politique du Maroc en matière de lutte contre les changements climatiques a été exposée par le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rebbah, lors de  la 10ème session de l’assemblée générale de l’Agence Internationale de l’Energie Renouvelable (IRENA) à Abu Dhabi.

Le Royaume a adopté une politique ambitieuse dans ce domaine, en totale harmonie avec les ambitions mondiales visant à endiguer ce phénomène, l’objectif étant de limiter ses émissions des gaz à effet de serre à 42% à l’horizon 2030, ce qui repose, dans une large mesure, sur des actions concrètes d’atténuation dans les différents secteurs d’économie, a-t-il dit.

Pour le ministre, le défi pour les pays en voie de développement, tel que le Maroc, est justement de définir des stratégies « de développement à faibles émissions de carbone » à travers la transformation du secteur énergétique.

Pour le secteur de l’énergie, a-t-poursuivi, l’atténuation des gaz à effet de serre-GES est basée essentiellement sur le développement à grande échelle des énergies renouvelables et le renforcement de l’efficacité énergétique. Les programmes initiés dans le cadre de la stratégie énergétique marocaine enregistrent des avancées très satisfaisantes, en raison de l’expertise développée localement et du grand intérêt manifesté par les opérateurs internationaux envers ces programmes.

Le Plan Solaire Marocain, les étapes franchies ont permis la mise en service totale de l’ensemble du complexe NOOR Ouarzazate d’une capacité totale de 580 MW, a encore dit Rebbah, estimant dans ce sens que cette dynamique est poursuivie par le développement de plusieurs projets solaires avec des choix technologiques variés et des solutions hybrides innovantes.

Pour ce qui est de l’énergie éolienne, le ministre a souligné que la mise en œuvre des programmes arrêtés dans le cadre de la stratégie énergétique nationale a permis la mise en service d’une capacité de plus de 1220 MW développée et plus de 870 MW en phase de réalisation.

Et d’ajouter que, s’agissant de l’énergie hydro-électrique, le Royaume dispose déjà d’une capacité électrique installée de 1770 MW dont 460 MW sous forme de STEP (Station de Transfert d’Energie par Pompage) et 600 MW sont en cours de développement.

« Une reconfiguration de notre paysage institutionnel énergétique a été mise en place dans le cadre de la nouvelle ambition du Royaume en matière d’énergies renouvelables en vue d’atteindre l’objectif de 52% à l’horizon 2030 », a-t-il mis en avant.

Abordant la question du rôle des institutions de financement dans le développement des infrastructures sobres en carbone dans les pays en voie de développement, Rebbah a indiqué que les pouvoirs publics devront mettre en place des politiques innovantes en vue de promouvoir l’investissement privé, qui s’intéresse de plus en plus au développement de ces infrastructures.

Les bailleurs de fonds devraient jouer pleinement leurs rôles de catalyseurs d’investissement, ce qui permet de lever, auprès d’autres institutions financières de développement, d’investisseurs institutionnels et d’investisseurs privés, plus de fonds qu’ils n’en investissent eux-mêmes, a-t-il soutenu.

La 10è AG de l’IRENA, qui connaît la participation de 1500 personnalités de haut niveau dont des chefs de gouvernement, des ministres, des directeurs d’organisations internationales et régionales et des établissements financiers et de sociétés du secteur privé, est marqué par l’organisation de trois réunions ministérielles. Elle précède la tenue du Sommet mondial sur l’énergie du futur.

Le financement des mesures de lutte contre le changement climatique, en parallèle avec la mise en place de politiques climatiques, l’hydrogène propre et son rôle dans l’éradication du carbone dans des secteurs tels que les transports et l’industrie et l’énergie hydroélectrique, seront au centre des réunions.

CSMD : Les partis pour conférer une dimension politique aux consultations