Rebondissement dans l’affaire sordide du mari de Nancy Ajram

Rebondissement dans l’affaire sordide du mari de Nancy Ajram

Le mari de chanteuse libanaise Nancy Ajram est dans de sales draps. La procureure près la cour d’appel du Mont-Liban, la juge Ghada Aoun, a décidé hier d’élargir son enquête dans du cambriolage de la villa de la chanteuse, dans le Kesrouan, et de l’interroger à nouveau. Le mari de la star, Fady Hachem dentiste de son état, avait abattu à bout portant un cambrioleur qui s’y était introduit dans la nuit de samedi à dimanche dans leur domicile.

En effet, selon la version de Fady Hachem, alerté par un bruit suspect, il se serait réveillé pour aller voir ce qui se passait. Il se serait trouvé alors en face du cambrioleur « armé » qui selon les dires du dentiste à la chaîne MTV, images de vidéosurveillance à l’appui, a vu le voleur muni d’un sac appartenant à Nancy Ajram. « J’ai alors saisi une chaise pour le frapper, mais il a brandi son pistolet et m’a demandé de l’argent, assurant qu’il ne voulait pas me faire de mal. »

Fady Hachem a alors obtempéré et il est revenu avec de l’argent, au moment où les gardes chargés de surveiller la résidence accouraient. Le cambrioleur s’est alors dirigé vers la chambre de ses trois enfants du couple (toutes des filles). Cela l’a poussé à réagir en se saisissant d’une arme et à tirer sur lui. L’intrus serait mort sur le coup. Selon Fady Hachem et des milieux de l’enquête il s’est avéré que l’arme du malfaiteur était factice.

Le parquet après avoir arrêté le mari de la star libanaise dans la nuit de samedi à dimanche l’avait, après l’avoir longuement interrogé, relâché mardi dernier sous caution d’élection de domicile par le premier juge d’instruction du Mont-Liban, Nicolas Mansour. En, effet il était considéré que Fady Hachem aurait agi en légitime défense. Toutefois il fait l’objet d’une interdiction de sortie du territoire

Seulement voilà, entretemps, la famille du cambrioleur tué, Mohammad Moussa, de nationalité syrienne a décidé de porter plainte auprès du parquet général près la cour d’appel du Mont-Liban contre le dentiste et de se constituer partie civile.

L’élargissement de l’enquête selon l’Agence nationale d’information (ANI, officielle), se fera dans les directions suivantes : nouvel interrogatoire du dentiste Fady Hachem, vérification de l’existence de communications téléphoniques entre la victime, Fady Hachem et d’autres membres du personnel de la villa, visionnage grâce à l’une des caméras de surveillance de l’endroit exact où le meurtre du cambrioleur a eu lieu ainsi que la vérification de la déposition de la chanteuse Nancy Ajram et examen de sa blessure par un médecin légiste.

Selon une photo circulant dimanche sur les réseaux sociaux, Nancy Ajram apparaît avec un pansement à la jambe, couvrant ce qui semble être une blessure légère. Elle a refusé de commenter l’incident, se contentant de déclarer aux médias locaux que le plus important pour elle c’est que sa famille se porte bien. Selon son père, la star avait fait une crise de nerfs peu après l’incident.

L’ordre des dentistes du Liban avait publié un communiqué dimanche dans lequel il a exprimé sa solidarité avec le Dr Hachem, demandant aux autorités judiciaires de le relâcher. L’époux de la chanteuse avait également reçu plusieurs messages de solidarité de la part d’artistes libanais.

Une vidéo de conduite dangereuse fait réagir la DGSN