Les déboires de Harvey Weinstein ne font que débuter

07 Jan 2020 à 18:32 Monde
Les déboires de Harvey Weinstein ne font que débuter

A peine a-t-il entamé son procès à New York, que voilà Harvey Weinstein mis en accusation à Los Angeles. En effet, l’ex­producteur s’est de nouveau vu, accusé de deux agressions sexuelles datant celles-là de 2013.

A l’ouverture de son procès, Harvey Weinstein a comparu, libre, au tribunal de New York. Il était accompagné de ses quatre avocats et notamment de Donna Rotunno, star du barreau de Chicago qui fait figure d’épouvantail pour les victimes d’agressions sexuelles, actes dont elle se fait le devoir de démonter.

D’entrée de jeu le juge, James Burke a remis les choses en place démontrant au passage qu’il n’allait céder en rien et surtout qu’il était le seul maître à bord. D’ailleurs, la spécialiste de la défense des hommes accusés d’agressions, l’a vite su à ses dépens en se faisant sermonner et en étant sommée de laisser tranquille et de ne plus s’adresser ni aux témoins ni aux victimes.

Le juge n’a pas adhéré aux demandes de la défense de Harvey Weinstein pour ce qui est des jurés. Ils resteront libres de leurs mouvements et ne seront pas confinés et pourront à leur guise suivre les médias qui s’exprimeront sur l’affaire Weinstein. Le détective de police dessaisi de l’affaire et choisi par Donna Rotunno comme témoin ne viendra pas à la barre.

Les demandes du parquet sont tout autant rejetés. Quant à la défense des plaignantes absentes pour la circonstance, elle est assurée par Douglas Wigdor, ancien défenseur de Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel, accusatrice de Dominique Strauss­Kahn.

Harvey Weinstein, évidemment a plaidé non coupable, arguant que « ses victimes » étaient consentantes. Mais l’actualité n’était pas dans cette salle exiguë de 120 places, comble pour suivre un procès super médiatisé, l’info tombait de l’autre bout des Etats-Unis, la Californie.

En effet, le parquet de Los Angeles venait d’annoncer la mise en accusation de Harvey Weinstein pour l’agression sexuelle de deux femmes en 2013 sans que leur identité ne soit dévoilée. La procureure Jackie Lacey fournissait en parallèle quelques menus détails sur les agressions.

Harvey Weinstein aurait violé deux femmes le 13 et 14 février 2013 dans un hôtel. Le parquet réclamerait auquel cas où l’accusation était confirmée par le juge, une caution de 5 millions de dollars. Le bonhomme encoure une peine de 28 ans de prison. Patiente la procureure a dit ne pas faire comparaitre le mis en cause avant la fin du procès de New York dont la durée devrait aller jusqu’à huit semaines.

Venezuela: Juan Guaido prête serment au Parlement