Microsoft sévit contre un groupe de hackers nord-coréens

01 Jan 2020 à 18:20 High-tech
Microsoft sévit contre un groupe de hackers nord-coréens

S’il y’a bien une chose avec laquelle les États-Unis ne rigolent pas, c’est bien la cybersécurité. Le géant technologique américain, Microsoft, a sorti les crocs vis-à-vis d’un groupe de hackers nord-coréens, qui serait derrière une affaire de piratage étatique au nom de la compagnie.

La compagnie fondée par Bill Gates a indiqué sur son blog qu’un groupe de pirates informatiques nord-coréens, baptisé « Thallium », aurait eu recours à la technique du phishing au nom de la compagnie pour cibler plusieurs défenseurs des droits de l’homme et des personnalités de la société civile.

Les membres de Thallium auraient ainsi, comme dans de nombreuses histoires de cybersécurité, abusé de l’identité de Microsoft pour subtiliser les données personnelles de leurs victimes, afin de les communiquer aux services de surveillance de parties tierces.

Microsoft explique dans ce sens que « “ce réseau infectait les ordinateurs des victimes, compromettait leur sécurité en ligne et volait des informations sensibles”, tout en rajoutant que “leurs cibles comprenaient des employés du gouvernement, de think tank et d’universités, des membres d’organisations engagées pour la paix et les droits de l’homme, et des personnes qui travaillent sur les questions de prolifération nucléaire. La plupart vivent aux États-Unis, ainsi qu’au Japon et en Corée du Nord”.

Microsoft, tout comme le reste des compagnies américaines et du gouvernement US en général, ne tolère pas l’utilisation de son nom et image à des fins d’exploitations de données personnelles pour n’importe quel motif, surtout que la majorité des victimes de Thallium, se trouvent aux USA, au Japon et en Corée du Nord.

Rétrospective : Ces nouveautés technologiques qui ont marqué l'année 2019