Le ministère d’Amzazi souhaite reprendre les discussions avec les syndicats

28 Déc 2019 à 15:30 Education
Le ministère d’Amzazi souhaite reprendre les discussions avec les syndicats

Après le report sine die de la session de dialogue sectoriel qui devait être organisée le 11 décembre dernier entre le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique d’une part, et les syndicats les plus représentatifs du secteur de l’Éducation, le ministère d’Amzazi décide finalement de reprendre les discussions. Ce sera pour le jeudi 2 janvier prochain.

Le secrétaire général de la Fédération nationale des l’éducation (FNE, indépendante de toute centrale syndicale) Abderazzak El Idrissi a affirmé à Hespress FR, que le ministère de tutelle a contacté tous les syndicats pour reprendre le dialogue à la date susmentionnée.

Le même dirigeant syndical nous explique que le Secrétariat national de la Fédération a été a été invitée par le ministère à reprendre le dialogue sectoriel au Centre des formations et des rencontres nationales à Rabat, sous en présence du directeur des Ressources humaines, mandaté par le ministre Saïd Amzazi.

La dernière réunion entre le ministère de tutelle et les cinq syndicats les plus représentatifs du secteur remonte au 5 décembre dernier. « Le ministère a reporté la réunion prévue le 11 décembre, où il s’était engagé à nous apporter des solutions sur les dossiers que nous avons déposés. Puis, il a reporté la réunion prévue le 17 décembre où il devait être question des problèmes en suspens au niveau des régions et provinces », nous explique Abderrazzak El Idrissi.

Suite au report de la dernière cession de dialogue sectoriel du 11 décembre, membre du Bureau national du Syndicat national de l’éducation (SNE, affiliée à la CDT), Abdennasser Naânaâ déclarait à Hespress FR que les réunions passées depuis cette rentrée scolaire « n’ont été que des réunions d’absorption de la colère, qui ne peuvent conduire à un changement de cap que si des réponses convaincantes sont données ».

Mustapha Alaoui, directeur de "Al Ousboue Assahafi" n'est plus