Syrie : Pas de répit pour Idleb, cible de raids aériens russes

24 Déc 2019 à 15:53 Monde
Syrie : Pas de répit pour Idleb, cible de raids aériens russes

Au moins huit civils, dont cinq enfants, qui s’étaient réfugiés dans une école d’un village du sud de la province d’Idleb, ont été tués, mardi 24 décembre, dans des raids aériens russes sur un village du nord-ouest de la Syrie. Joubass, le village bombardé par l’aviation russe aux abords de la localité de Saraqeb, abritait des déplacés, selon l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH).

Cela fait plusieurs semaines que les forces du régime syrien tentent de reconquérir cette province d’Idleb, qui échappe encore à leur contrôle. Aussi, soutenues par l’aviation russe, ils ont intensifié, depuis le 16 décembre, leurs bombardements dans cette région, tandis que de violents combats au sol les opposent au quotidien aux groupes jihadistes et rebelles.

Depuis le début de cette énième offensive, les Forces du régime de Bachar al-Assad ont reconquis quelque 46 villages dans ce secteur, a indiqué l’OSDH, et se rapprochent désormais d’une ville-clé, Maaret al-Noomane dans le sud d’Idleb.

Les habitants de cette ville fuient leur localité, car les combats ont repris de plus belle. L’OSDH a recensé plus de 40.000 personnes ayant déserté la zone des combats, en direction du nord, frontalier de la Turquie. Seules les personnes les plus fragilisées, qui ne peuvent pas fuir Idleb, restent sur place, à la merci d’obus et autres tirs nourris, d’où le nombre élevé de victimes civiles.

Lors de cette dernière « reconquête », les combats ont fait environ 260 morts dans les deux camps, dont 110 membres des forces pro-régime et 148 jihadistes et rebelles, selon l’OSDH. Mardi, les combattants jihadistes et rebelles ont réussi néanmoins à reprendre le contrôle du village de Talamanas ainsi qu’une localité adjacente, selon la même source.

Malgré cela, force est de constater selon l’ONG qu’après les combats meurtriers et les bombardements de ces derniers jours, les forces du régime syrien ont nettement progressé à Idleb. À tel point qu’ils ont encerclé, lundi, un poste d’observation turc d’Al-Surman, et ce, en dépit d’un cessez-le-feu, annoncé fin août par Moscou et Ankara, pour préserver cette région d’une offensive du pouvoir de Damas justement, ce qui est le cas actuellement.

L’armée turque est déployée sur 12 postes d’observation dans la région d’Idleb en vertu d’un accord conclu en septembre 2018 entre Moscou, allié du régime syrien, et Ankara, parrain des rebelles.

Le poste d’observation turc est le deuxième à être encerclé par les forces du régime en quelques mois par les forces du régime syrien. Depuis août, celui de la localité de Morek, dans le nord de la province de Hama, est encerclé et des militaires turques s’y trouvent toujours.

Affaire Khashoggi: Washington salue le pas "important" de Ryad