Football : L’année 2019 en 19 faits marquants (3/3)

22 Déc 2019 à 10:46 Sport
Football : L’année 2019 en 19 faits marquants (3/3)

2019 touche à sa fin. L’occasion de faire un bilan sur les événements footballistiques qui ont marqué l’année, et rythmé le quotidien des amoureux de ce sport, aussi bien au niveau international que national. Hespress FR a sélectionné 19 faits marquants de l’année 2019, en voici la troisième et dernière partie.

Arrestation de Ahmad Ahmad/ La CAF sous tutelle de la FIFA

C’est une affaire qui a secoué le monde du football africain, à l’approche de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. La brève interpellation le 6 juin dernier à Paris d’Ahmad Ahmad par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) avait secoué la Confédération Africaine de Football (CAF).

Une obscure ré-attribution de contrat d’équipements avait valu au patron du foot africain une audition, dans le cadre d’une enquête pour «association de malfaiteurs», «corruption», «abus de confiance» et «faux et usage de faux». Il en était ressorti libre, sans poursuite.

Ahmad avait également été accusé de harcèlement sexuel à l’encontre de quatre employées de la CAF, dont les noms n’ont pas été révélés.

Le Malgache ne fait visiblement pas l’unanimité dans le monde du football. Ce dernier avait d’ailleurs été accusé, par Pape Diouf d’être « un pantin « , après qu’il ait  envisagé de retirer l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun, qui avait finalement été écarté pour problèmes d’infrastructures.

Plus encore, le président de l’instance a été l’auteur de nombreux ratages, avec la pénurie des arbitres avant la Coupe du Monde U19 ou encore après avoir fermé les yeux sur la fraude sur l’âge des joueurs, avant de prendre des mesures radicales pour combattre ce fléau.

Des faux-pas qui ont coûté cher à l’instance africaine dont il est à la tête. En effet, après ces malheureux épisodes, la FIFA a dû intervenir en urgence pour remettre de l’ordre. Son président, Gianni Infantino a décidé d’imposer une mainmise sur l’instance africaine, qui est désormais inspectée par sa secrétaire générale, Fatma Samura, cette dernière comptant bien prolonger sa mission au-delà de 2020.

“C’est clair qu’il y a des problèmes dans le football africain. On l’a aussi vu avec la finale de la Ligue des Champions de la CAF. La situation actuelle m’inquiète et inquiète la FIFA. Plusieurs fédérations africaines nous demandent de faire quelque chose”, avait précédemment déclaré le président de l’instance mondiale.

L’affaire Mohammed Ihattaren 

Après avoir entretenu le suspens pendant plusieurs mois, Mohammed Ihattaren a finalement fait son choix, optant pour les Pays-Bas au détriment du Maroc, pour le plus grand bonheur de la fédération néerlandaise et au regret de celle du Maroc et de ses supporters, alors que les deux parties ont mené une partie d’échecs sans fin.

C’est la douche froide pour la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF), qui a fait les mains et les pieds pour attirer l’attaquant du PSV Eindhoven. À contrario de ses compatriotes, Oussama Idrissi, Noussair Mazraoui ou encore Hakim Ziyech, Ihattaren voit son avenir tout tracé aux Pays-Bas. Une chance de donner un coup de pouce à sa carrière, lui qui vise un grand club.

Si l’on pensait que l’affaire était close, c’est mal connaître le monde du football. Depuis, le jeune talent a dû faire face à de nombreuses critiques et insultes virulentes de la part des supporters marocain.

Plus particulièrement, le joueur du PSV été vivement insulté par des supporters maroco-néerlandais  à l’aéroport le mois dernier, alors qu’il s’apprêtait à s’envoler pour l’Autriche afin de disputer l’Europa League. Un groupe d’individus l’aurait traité de « traître » et de « juif ».

Fatigué par ce lynchage, le principal concerné est sorti de son silence pour justifier son choix, qui est en partie du à la maladresse de la Fédé marocaine et de son président, Fouzi Lekjaa, affirmant que le FRMF ne l’avait pas contacté officiellement, jusqu’au décès de son père.

« Si j’ai préféré attendre pendant tout ce moment, c’est parce que j’hésitais de trancher définitivement en faveur du Maroc. Dès qu’ils ont abusé de l’enterrement de mon père, mon estime a vite baissé. Quand on vous dit que le Maroc a tout fait pour me faire venir, c’est bien le cas après le décès, mais avant cela, il n’ y a vraiment rien eu, à part une présence sur une liste de pré-sélectionnés sans même que j’ai été contacté par qui que ce soit », a-t-il affirmé. Depuis, cet épisode semble être bien loin.

Une victoire historique en Coupe du Trône

C’est une victoire qui marque l’histoire du Tihad de Casablanca. Pour la première fois, le TAS s’est adjugé, en novembre, la 63e édition de la Coupe du Trône, face au Hassania d’Agadir, donné favori (2-1)

Le public du stade d’honneur d’Oujda a assisté à un véritable exploit. Aidé par la VAR, le club de deuxième division, vient d’offrir à ses supporters, le plus beau cadeau, inespéré pour certains.

À la 75e minute et alors que le score est toujours de 1-1, un joueur du TAS, Marouane Zila, s’effondre dans la surface de l’HUSA. L’arbitre Adil Zourak pense en premier lieu à une simulation et sanctionne le fautif d’un carton jaune.

Sauf que les protestations des joueurs du TAS amènent les arbitres vidéos à visionner la scène au ralenti. Après quelques minutes de palabres, la sanction tombe. Zila a bien été fauché par Abdelkrim Baadi, auteur d’une faute stupide sur le coup. Le pénalty sera tiré et transformé par le héros du match, Oussama El Mellioui.

Les Casablancais ont bien  savouré cette victoire, synonyme de qualification pour la prochaine édition de la Coupe de la CAF.

Ouverture du Centre Mohammed VI de football à Maâmoura

L’ascension fulgurante d’Achraf Hakimi en Europe 

L’année 2019 a certainement été celle d’Achraf Hakimi. L’international marocain, qui a entamé sa deuxième saison de prêt au Borussia Dortmund a brillé sur la scène européenne, par ses prestations dignes des plus grands.

À 21 ans seulement, Le Lion de l’Atlas dispose d’une puissance offensive sans limites, qui lui promet un avenir brillant, aussi bien dans son club formateur, Real Madrid ou dans un des grands clubs d’Europe, lui qui est considéré comme le « défenseur le plus prolifique d’Europe ».

Et les chiffres ne mentent pas. Depuis son début de saison, Hakimi a été l’auteur de 7 buts et 2 passes décisives. Ce dernier compte d’ailleurs 4 buts en 4 matches de Ligue des Champions cette saison. Seuls Haland, Lewandowski, Sterling et Orsic font mieux.

Le joueur formé à Madrid a énormément  progressé depuis qu’il est à Dortmund. Il est impressionnant au niveau des performances et il joue plusieurs postes également.

En contrat jusqu’en 2020 avec le géant de Bundesliga, l’ailier droit est considéré comme un élément important de l’effectif de Lucien Favre, qui pourrait bien vouloir garder sa pépite près de lui.

Botola : Les dernières infos du 142e derby Raja-Wydad