Une conférence de Tariq Ramadan à Montpellier fait désordre

18 Déc 2019 à 14:20 Culture
Une conférence de Tariq Ramadan à Montpellier fait désordre

Alors qu’il est toujours mis en examen pour « viol » et « viol sur personne vulnérable », Tariq Ramadan devrait animer le 28 décembre prochain une conférence de fin d’année à la mosquée Aïcha de Montpellier sous le thème « Le sens des épreuves personnelles et collectives ». Tariq Ramadan est à titre de rappel, sous liberté conditionnelle, après avoir été libéré pour raison de santé. Il était en détention provisoire neuf mois durant (de février à novembre 2018).

L’affiche de sa conférence a été placardée un peu partout à Montpellier par les organisateurs (mosquée Aïcha). Tariq Ramadan animera cette réunion, prévue à partir de 19 heures, et dont l’entrée est libre si l’on se réfère à l’affiche. L’événement est organisé sur l’initiative de l’imam montpelliérain, Mohamed Khattabi, fervent admirateur de Tariq Ramadan. Considéré comme étant « le père et l’esprit » de la mosquée Aïcha, il était assigné à résidence en fin d’année 2015, soupçonné en cela de tenir un discours radical. Il avait toute l’affaire « Ramadan » durant soutenu l’islamologue controversé en dénonçant le « lynchage médiatique » et en diffusant des vidéos supportant Tariq Ramadan inculpé pour « viol » et « viol sur personne vulnérable ».

Interrogé par France 3, l’imam a justifié cette invitation d’une prudence mesurée, en l’interprétant sous un autre aspect : « Le nom de Ramadan crée des remous certes. On n’a rien à gagner dans cette invitation. Mais comme il sort d’une année difficile avec emprisonnement notamment, nous voulons savoir ce que ces épreuves ont changé pour lui, dans son comportement, sa façon de penser, de voir la religion et de la pratiquer aussi. Ça doit reformater l’esprit ».

Toutefois, Mohamed Khattabi a ajouté qu’il pourrait être amené à revoir sa position dans les jours à venir, laissant place à toutes autres formes de supputations. Mais pour autant aurait-il nuancé ce volet, la venue de Tariq Ramadan dans la préfecture de l’Hérault ne fait pas l’unanimité et des voix, surtout dans les réseaux sociaux s’élèvent déjà pour la dénoncer comme d’autres l’encouragent.

L’un des premiers à avoir dégainé est le journaliste et auteur (exerçant en Suisse et en France) Ian Hamel. Mais cela n’étonne guère Hamel n’étonne guère avait déjà en ligne de mire l’islamologue et d’aucuns lui prêtent dans son gazouillis de la pub pour son ouvrage à paraître début janvier prochain, « Tariq Ramadan. Histoire d’une imposture ».

Toujours est-il que devant les caméras de France 3 il a déclaré, un peu comme pour attiser le feu, « Ce qui me frappe, c’est que c’est la mosquée Aïcha est la seule de France à accueillir Tariq Ramadan. Alors que les représentants du culte en France ont désavoué celui-ci. Et c’est que l’une des accusatrices de Ramadan, Christelle, habite près de Montpellier. C’est quelque part de la provocation ».

L’Académie du Royaume du Maroc rend un vibrant hommage à Abdellatif Benabdeljalil