Algérie: Rejet en masse de l’élection de Tebboune

13 Déc 2019 à 20:37 Monde
Algérie: Rejet en masse de l’élection de Tebboune

Les réactions à l’élection d’Abdelmadjid Tebboune en tant que nouveau président de la République Algérienne n’ont pas tardé à se faire entre dans les rues du pays. Aussitôt annoncés, les résultats ont provoqué un rejet systématique de la part des Algériens qui ont investi les rues pour faire part de leur colère. 

Élu à 58.15% à l’issue du premier et unique tour de la présidentielle algérienne, le nouveau président, un fidèle du camp Bouteflika ne fait pas l’unanimité chez le peuple. Dans la capitale, alors que les résultats du scrutin ont coïncidé avec le vendredi du Hirak qui entre cette semaine dans sa 43ème édition depuis le 22 février, les réactions ont été plus que claires.

C’est vers un rejet total et unanime que le peuple algérien s’est dirigé ce vendredi dans les rues des différentes Wilayas du pays. Le Hirak se poursuit et la mobilisation reste la même. Des slogans hostiles au pouvoir et au nouveau président ont retenti dans les rues. « Le vrai Hirak commence aujourd’hui » ont scandé les manifestants.

« Abdelmadjid Tebboune 74 ans, intronisé président au premier tour. C’est un jour sombre pour l’aspiration démocratique en Algérie. La révolution pacifique va incontestablement se renforcer » a tweeté le journaliste Khaled Drareni, ajoutant une photo montrant les cinq candidats à la présidentielle, derrière Abdelmadjid Tebboune assis sur un trône avec le chef de l’armée, Gaid Salah lui chaussant un soulier d’or, qui avait été déposé au préalable sur un coussin porté par le chef d’Etat par intérim Abdelkader Bensalah.

Sous un important de sécurité, avec des éléments de la BRI et de la gendarmerie nationale, les manifestants ont dénoncé  « une fraude électorale massive ». « Ah ya issaba djabouna khamsa diaba » (Ah, le gang, ils nous ont ramené cinq loups », ont scandé les manifestants en référence aux cinq candidat à la présidentielle.

« A la Kabylie, belle et rebelle, l’Algérie est fière de toi » a scandé un manifestant à Alger faisant référence aux villes de Kabylie qui ont enregistré le plus haut taux de boycott de la présidentielle avec un taux proche de zéro à Béjaia.

« Non pour les élections trafiquées par la Issaba (le gang, ndlr)», ont encore scandé les Algériens rejetant les résultats de cette élection qui a enregistré les taux les plus bas jamais égalés dans le pays.

Premier président étranger à réagir à cette élection, le français Emmanuel Macron a fait savoir qu’il prenait « note » de l’élection d’Abdelmadjid Tebboune, appelant au « dialogue » avec le peuple algérien. Macron est le premier président étranger à réagir à la présidentielle algérienne. De son côté, le président égyptien Abdelfatah Al Sissi a félicité le nouveau chef de l’Etat algérien pour son élection.

Guerre commerciale : Washington et Pékin concluent un accord préliminaire