Tuberculose: un réseau dément les chiffres officiels du ministère de la Santé

03 Déc 2019 à 09:16 Santé
Tuberculose: un réseau dément les chiffres officiels du ministère de la Santé
Le Réseau marocain pour la défense du droit à la santé a réfuté le contenu du rapport publié par le ministère de la Santé concernant l’éradication  de la tuberculose et de la tuberculose multirésistante (TB-MR) dans plusieurs régions du Maroc, rappelant que son médicament « n’est pas disponible dans plusieurs pharmacies et Centres publiques de Santé« .
Le Réseau a formulé une réponse au ministère de la Santé, expliquant que des responsables de Centres de santé se plaignaient du manque de médicaments et essayent de gérer la crise en cherchant des médicaments dans d’autres centres, le cas échéant, pour les distribuer aux patients.
Dans les régions de Rabat, Casablanca, Fès et Tanger, le manque de médicaments liés à la tuberculose, à la TB-MR et au diabète est devenu « un phénomène chronique dont se plaignent les responsables régionaux et locaux, les professionnels, les patients et leurs familles », rapporte le Réseau dans sa réponse.
La même association ajouté que « contrairement à la déclaration non officielle du ministère de la Santé, le Maroc a connu ces dernières années une augmentation significative du nombre d’atteints de la tuberculose, de la TB-MR« . Les chiffres qu’elle présente parlent de 25.000 cas de tuberculose enregistrés en 2013, 31.000 en 2016, 37.000 nouveaux cas entre 2018 et 2019, pour une moyenne de plus de 28.000 cas par an.
Notamment constitué d’avocats et de médecins spécialistes, le Réseau marocain pour la défense du droit à la santé juge ces chiffres « contraires aux objectifs du Plan national d’accélération de la réduction de l’incidence de la tuberculose de 40% d’ici 2021 dans six régions où le taux est élevé« . Il s’agit de Fès-Meknés, Rabat-Salé-Kénitra, Casablanca-Settat, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Marrakech-Safi et Souss-Massa.
La réseaux suppose que « la mauvaise gouvernance dans la gestion de la couverture financière pour la prévention et le traitement de la tuberculose ou le non-suivi de la couverture financière totale du Plan national est la raison de cette situation« . Ce qu’il dénonce avec « la baisse du taux de succès du Protocole de traitement de la tuberculose, en raison de la faible efficacité des médicaments« .

Province de Ouarzazate : Caravane médicale pluridisciplinaire dans la commune de Télouet