Journée de colère en Cisjordanie occupée, Israël bombarde la bande de Gaza

27 Nov 2019 à 11:02 Monde
Journée de colère en Cisjordanie occupée, Israël bombarde la bande de Gaza

Le Cessez le feu entre Israël et le Jihad islamique en vigueur depuis le 14 novembre a vite fait de voler en éclats et de ne devenir qu’un vulgaire souvenir quand l’armée israélienne a visé mercredi matin « des cibles terroristes » du Hamas et du Jihad islamique.

Des avions de chasse ont effectivement bombardé un site de fabrication d’armes et des infrastructures souterraines tôt mercredi selon un communiqué en représailles à deux roquettes tirées de la bande de Gaza vers la ville de Sdérot. L’une d’entre elles aurait été intercepté par le bouclier antimissile. Ces tirs surviennent près de deux semaines après la fin d’un cycle de violences, entre le Jihad islamique et Israël qui avait fait 35 morts à Gaza.

Par ailleurs en Cisjordanie occupée, à Ramallah, Hébron ou Naplouse, des milliers de palestiniens ont investi les rues, hier mardi 26 novembre, pour manifester et protester contre la position américaine à l’égard des colonies israéliennes. En effet, Washington avait annoncé la semaine dernière ne plus considérer les colonies israéliennes comme contraires au droit international en allant ainsi à contre-courant des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU qui considère les colonies comme une « violation du droit international humanitaire » mettant « gravement en danger la viabilité de la solution à deux Etats ».

Drapeaux américains, hébreux et effigies de Donald Trump et Netanyahou brûlés, jets de pierres et slogans hostiles à l’impérialisme américain et à la colonisation israélienne de la vallée du Jourdain ont caractérisé cette journée de colère. A Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne, le Premier ministre a rejoint la foule pour dire son hostilité à la politique des Etats-Unis et d’Israël en déclarant « Nous sommes ici pour dire clairement et fortement que nous voulons mettre fin à l’occupation ».

Cette journée a eu un lourd tribut puisque l’on a déploré des dizaines de blessés sur tout le territoire palestinien occupé lors d’affrontements avec les forces israéliennes. La journée a été en outre endeuillée par le décès en détention suite à un cancer de Sami Abou Diyak, prisonnier palestinien en Israël de 36 ans.

Londres : Le chauffeur du camion "macabre" plaide coupable d'aide à l'immigration illégale