La Libye introduit la 5G malgré les tensions du pays

21 Nov 2019 à 15:54 High-tech
La Libye introduit la 5G malgré les tensions du pays

Malgré l’instabilité politique que connait le pays, la Libye vient de rentrer dans le cercle très select des états dotés de la 5G, notamment en Afrique. En effet, l’opérateur national, Al-Madar Aljadid, a procédé au déploiement de la 5e génération du réseau sur le territoire libyen.

Al-Madar Aljadid a procédé au lancement de la 5G fin octobre, faisant de la Libye l’un des premiers pays africains à disposer de cette technologie. L’opérateur télécom a indiqué que la vitesse actuelle pourrait bien atteindre les 1200 MW/seconde, ce qui s’aligne bien sûr ce qui se fait à l’étranger en la matière.

Cette annonce est bien insolite, dans la mesure où le pays passe par une instabilité politique, qui dure depuis les événements du printemps arabe en 2011. Toutefois, la couverture 5G ne sera disponible qu’à certains endroits du pays, avec un prochain déploiement total, sur lequel les officiels n’ont pas communiqué.

Le Premier ministre du pays, Faiez Serraj, s’est dit bien confiant dans le lancement de cette technologie, qui devrait permettre à la Libye d’augmenter la circulation de données et l’accès aux « informations » de façon plus rapide, tout en permettant au gouvernement de se moderniser. Le Premier ministre a ainsi indiqué que « les réalisations d’aujourd’hui sont complétées par d’autres initiatives que nous cherchons à réaliser afin d’assurer une vie décente, marquée d’essor et de prospérité pour notre peuple ».

Des propos qui sont bien « intéressants » dans la mesure où le pays a été au centre d’une histoire de cybersurveillance de ces figures politiques.

De plus, la mise en place d’un tel service, dans un pays où les coupures d’électricité sont monnaie courante, hausse bien des sourcils quant aux réels motifs du déploiement de la 5G. De plus, certains acteurs locaux ont indiqué que le coût de cette technologie devrait être assez élevé, surtout que les offres 4G, proposées auparavant par l’opérateur national, étaient hors de la portée des citoyens, sans parler d’un service « défaillant ».

WhatsApp appelle ses utilisateurs à mettre à jour l'application