La pièce « Saht lil » lauréate du grand prix du 2è Festival régional du théâtre professionnel,

18 Nov 2019 à 19:16 Culture
La pièce « Saht lil » lauréate du grand prix du 2è Festival régional du théâtre professionnel,

La pièce « Saht lil » de la troupe « Gharnata » s’est adjugée le grand prix de la deuxième édition du Festival régional du théâtre professionnel, clôturée dimanche soir, à Casablanca.

La pièce, écrite et réalisée par Omar Jadli, raconte l’histoire d’une femme ayant vécu 16 ans dans une solitude absolue, dans l’attente du retour de son mari d’une guerre dont il n’en a cure. Mais, un jour, un étranger se faisant passer pour l’époux disparu frappa à la porte.

Parfaitement consciente qu’il ne s’agit que d’un usurpateur, elle acceptera la supercherie pour échapper aux regards accusateurs des gens du village, enfermés dans un sorte de tribalité triviale.

Coupe de théâtre, le vrai mari rentra chez lui pour découvrir la mauvaise surprise. Et c’est le début d’une guerre sans merci entre les deux hommes pour la dignité et l’honneur.

Le prix de la mise en scène a été enlevé par Bouserhane Zitouni pour la pièce « Bouya Omar » (troupe Fada’ Liwa’), tandis que les prix de l’écriture et de la scénographie sont allés respectivement à Youssef Rihani, auteur de la pièce « Flash-back » (troupe Aba’d), et Youssef Arkoubi dans « Bouya Omar ».

Hind Ben Jbara a décroché le prix de la meilleure interprétation féminine pour sa performance distinguée dans « Saht lil », au moment où celui de la meilleure interprétation masculine est allé, ex æquo, à Abdellah Tajer (pièce « Aferziz » de la troupe Tafoukt) et Younes Chara (Bouya Omar).

Le président du jury, l’auteur Meskini Seghir, a souligné que les œuvres de la compétition officielle étaient « honorables » et la concurrence était rude, mais le plus important est « d’insuffler un nouveau souffle à la scène dramatique nationale ».

Le Festival régional est « un acquis indéniable pour Casablanca et sa population », a-t-il lancé, invitant les professionnels du théâtre « à la solidarité et à la coopération pour créer un art qui nous ressemble ».

Le directeur du Festival, l’artiste Abdelilah Ajil, s’est réjoui de « l’engouement sans précédent » des amateurs de l’art dramatique pour suivre les présentations programmées dans la métropole et d’autres villes de la région de Casablanca-Settat.

« Notre grand souci est d’amener les troupes théâtrales dans la région à se regrouper et à s’entraider », a-t-il dit, relevant que les organisateurs aspirent à donner une plus grande envergure à ce rendez-vous, en augmentant le nombre des compagnies participantes aux prochaines éditions.

Fruit d’un partenariat entre le Conseil de la région Casablanca-Settat et la troupe « Théâtre Al Kaf », la deuxième édition du Festival a connu la présentation de six pièces en compétition officielle et 11 autres en dehors dans différents espaces de la métropole et de ses environs.

L'art plastique marocain s’invite à Tunis