Midelt : Des maisons s’écroulent à vue d’œil suite aux tremblements de terre du 17 novembre

17 Nov 2019 à 20:54 Société
Midelt : Des maisons s’écroulent à vue d’œil suite aux tremblements de terre du 17 novembre

Les habitants de la région de Midelt ont vu leurs maisons s’effriter suite aux tremblements de terre qu’a connue la ville, comme bon nombre d’autres zones du royaume, dans la journée du 17 novembre.

Les maisons construites de façon traditionnelle n’ont pas pu supporter les secousses enregistrées par le royaume, dans la matinée du dimanche, puisque nombre d’entre elles ont vu des morceaux tombés et se détacher de leurs fondations.

De nombreux de la région nous ont indiqués que les secousses ont bien été ressenties, de façon différente, mais le résultat est le même : des dégâts matériels au niveau des habitations en terre, sans qu’il n’y ait toutefois de pertes humaines.

Les habitants de la région ont investi les rues et jardins de la ville, sous la peur que leurs habitations ne deviennent leurs tombes. Les habitants de la région se sont toutefois plaints aux autorités, appelant celle-ci à intervenir, surtout que l’on est en plein saison froide, et que les chutes de température se font bien ressentir de jour comme de nuit.

Par ailleurs, les officiels de la région se sont déplacés auprès des différents endroits qui ont subi des dégâts importants, surtout que certains douars comptent un nombre conséquent d’habitants, qui risquent de se retrouver à la rue.

Pour rappel, le royaume a été frappé par plusieurs secousses sismiques, dont la magnitude a varié de 3,9 degrés à 5,3 degrés sur l’échelle de Richter, selon les données de l’Institut National de Géophysique (ING).

  • simon.patrick

    Attention de ne pas entrainer l esprit rural dans la crainte iraissonnee sur l habitat traditionnel, le rôle des communiquants étant de faire valoir et connaitre des verites et non servir le monde des affaires.
    Plus de 5 dans l echelle de Richter represente une secousse au dela du seuil admis pour pour des etudes anti sismiques pour la Ville d Agadir qui se situe sur une faille connue et reconnue.
    C e sont les duree des secoussent qui sont importantes et sources de degats aussi biennpour le traditionnel que pour les constructions en BA.
    L’architecrure vernaculaire s avere etre beaucoup mieux adaptee au conditions climatiques et cultures rurales. C est sur le developpement d une transition douce qu il faut travailler et non sur la peur populaire
    #Patrick_Simon
    #AMDGJB_Geoparc_jbel_Bani

    18 novembre 2019 à 14:11
  • Plus
1 Commentaire
CGLU-Monde : Le modèle marocain est un pionnier en matière de développement et de gouvernance