Gilets Jaunes : Une grande mobilisation attendue pour le premier anniversaire

15 Nov 2019 à 15:23 Monde
Gilets Jaunes : Une grande mobilisation attendue pour le premier anniversaire

Le mouvement des Gilets Jaunes doit célébrer sa première année de mobilisation ce week-end, l’occasion de rappeler que les exigences sociales n’ont toujours pas trouvé de réponses satisfaisantes. 

Les Gilets Jaunes retournent ce week-end pour manifester dans les rues des villes françaises, pour « fêter » le premier anniversaire de ce mouvement de contestation, né d’une révolte populaire contre une taxe sur le carburant.

Sans leader et sans affiliation politique, le mouvement des Gilets jaunes a rapidement « grossi », pour compter dans ses rangs des milliers de français, sortant tous les samedis pour exprimer leur « ras le bol » vis-à-vis d’une série de dysfonctionnements de l’État, touchant notamment leur pouvoir d’achat.

Plusieurs appels ont déjà été lancés, pour rassembler les manifestants partout en France, en prévision de ce samedi, qui devrait signer le 53e acte de la mobilisation. Dans la capitale, « plusieurs milliers de personnes » sont attendues rapporte une source sécuritaire, qui ajoute qu’il se pourrait que les manifestations comprennent également entre « 200 à 300 ultra-jaunes et de 100 à 200 militants d’ultragauche ».

« On s’attend à un samedi compliqué », car les « Gilets Jaunes » se mobilisent « à la dernière minute pour tenter de détourner notre attention et être dans la surprise », a affirmé cette source sécuritaire.

Les scènes de violences sont coutumières des manifestations des Gilets Jaunes, qui ont été très souvent brutalisés par les forces de police, qui ont fait un usage controversé des lanceurs de balles de défense (LBD), crevant les yeux de certains manifestants.

En attendant samedi, les événements Facebook pour lancer des appels pour « fêter » le premier anniversaire du mouvement fleurissent, et les autorités se préparent à voir une forte mobilisation.

Hong Kong : Londres et Pékin à couteaux tirés après l'agression d'une ministre