La plateforme du biogaz et de la biomasse prévue à Fès sera lancée en 2020

08 Nov 2019 à 06:25 Economie
La plateforme du biogaz et de la biomasse prévue à Fès sera lancée en 2020

La plateforme dédiée au biogaz et à la biomasse, en cours de développement dans la ville de Fès, sera lancée en 2020, a annoncé, jeudi à Rabat, Rachid El Mrabet, directeur des appels à projets et de l’innovation à l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN). « Nous prévoyons le lancement des travaux de réalisation de cette plateforme l’année prochaine« , a déclaré El Mrabet lors d’une conférence de presse organisée dans le cadre d’un atelier sur le renforcement des capacités des journalistes marocains dans le secteur de l’énergie.

C’est un centre de recherche qui va abriter des laboratoires avec pilotes et démonstrateurs pour produire du biogaz avec des « technologies nouvelles et adaptées au contexte marocain« , a-t-il précisé.

Outre la biomasse provenant de déchets ménagers, cette plateforme « très importante« , qui sera implantée dans une “région agricole par excellence” (région Fès-Meknès, ndlr), s’intéressera à la biomasse agricole, a-t-il ajouté.

Le responsable a, à cet égard, mis en avant le potentiel de la biomasse dont regorge le Maroc, expliquant qu’il y a une moyenne de 75% de matières organiques dans les déchets ménagers des villes et plus de 85% dans ceux du milieu rural qui permettent la production du biogaz par l’incinération ou la méthanisation.

Cette plateforme vient s’ajouter à d’autres lancées par l’IRESEN telles que Green Energy Park de Benguerir. Selon une étude du ministère de l’Énergie, dont les résultats ont été présentés fin février 2019, l’installation et la fabrication des projets de biomasse pourraient à long terme générer de 7.600 à 10.310 emplois dans les chaînes d’approvisionnement en biomasse et favoriser la réduction de 6,2 à 8,5 millions de tonnes de CO2 d’émissions de gaz à effet de serre (GES).

El Mrabet a, à cette occasion, passé en revue les missions de l’IRESEN orientées essentiellement vers la R&D, notamment le financement de projets collaboratifs de recherche appliquée et de projets de recherche innovants. Il a cité, à cet égard, les instruments financiers de l’IRESEN, à savoir « Green Inno Boost » qui vise le soutien de l’innovation et l’accompagnement des porteurs de projets innovants ayant déjà développé des produits, procédés ou services innovants, en phase d’incubation ou d’accélération, « Green Inno project » pour le soutien de la R&D appliquée orientée marché et le développement de produits, procédés ou services innovants, ayant un impact sur le consommateur, la société et l’environnement.

Le FMI est confiant pour l'avenir économique du Maroc