Laâyoune aura sa faculté de médecine dans 30 mois

07 Nov 2019 à 12:21 Education
Laâyoune aura sa faculté de médecine dans 30 mois

 La première pierre pour la construction d’une Faculté de médecine  à Laâyoune, a été posée mercredi par le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saaïd Amzazi.

S’inscrivant dans le cadre des projets lancés à l’occasion de la commémoration du 44e anniversaire du la Marche verte, cette structure nécessite un investissement de 257 millions de dirhams, et sera achevée dans 30 mois.

La Faculté de médecine de Laâyoune est le fruit d’un partenariat entre le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et la direction provinciale de l’Equipement, des transports, de la logistique et de l’eau.

La réalisation de cette structure qui s’étendra sur une superficie de 10 hectares, dont 22.900 m2 couverts, fait partie d’ »un projet intégré portant sur un centre hospitalier universitaire, une faculté de médecine, de pharmacie et de dentisterie », a fait savoir Amzazi, notant que le lancement de cette « cité universitaire » augmentera l’offre universitaire et éducative dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, conformément aux directives royales visant à accorder une attention particulière aux provinces du Sud du Royaume.

« Le projet représente une aubaine pour les jeunes de la région et leur permettra d’obtenir des diplômes dans ce domaine », a fait remarquer le ministre, ajoutant que la Faculté de médecine fournira les compétences nécessaires pour faciliter l’accès au marché du travail.

Pour sa part, Sidi Hamdi Ould Errachid, président du Conseil régional de Laâyoune-Sakia El Hamra, a fait remarquer que la réalisation de la Faculté de médecine à Laâyoune donnera un nouvel élan aux efforts visant à former des jeunes capables de contribuer à la dynamique socio-économique que connait la région. L’objectif est « d’institutionnaliser l’enseignement supérieur afin de gagner le pari du développement intégré », a-t-il ajouté.

Pour Ould Errachid, ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre d’une « nouvelle génération » de chantiers de développement faisant partie du modèle de développement lancé par le Roi Mohammed VI en 2015, à l’occasion du 40e anniversaire de la Marche verte.

PLF 2020 : Amzazi dévoile aux députés les chiffres clés de son ministère