Des villes durables en Afrique, une question de survie

03 Déc 2019 à 14:30 Société
Des villes durables en Afrique, une question de survie

La nette progression de la natalité en Afrique couplée aux développements socio-économiques que connaissent les villes, interpellent sur l’avenir de ces zones urbaines et leurs environs qui connaîtront des transformations inévitables. Quelles infrastructures pour demain? Quels types d’habitation devra-t-il privilégier pour les zones urbaines en devenir? Quels choix pour des villes respectueuses de l’environnement? Des questions, auxquelles devront réfléchir les décideurs dès à présent.

Alors que le réchauffement climatique n’est plus un phénomène à prendre à la légère, la sonnette d’alarme climatique retentit pour alerter sur le péril vers lequel se dirige la Terre si rien n’est fait « maintenant » pour la sauvegarder les écosystèmes.

C’est pourquoi, les choix d’aujourd’hui seront les défis de demain en termes de logement et d’environnement. A ce propos, Stephan Dubost, secrétaire général adjoint du Sommet Afrique-France 2020 qui doit être organisé en juin prochain, a confié au micro d’Hespress FR que « les politiques publiques mais aussi le secteur privé doivent trouver ensemble des solutions pour que les villes de demain soient vivables », relevant à cet égard l’augmentation de la population dans les villes qui requiert des « solutions à la fois écologiques mais durables dans le temps« .

En effet, en Afrique, à l’horizon 2050, la population devrait connaitre une hausse exponentielle, ce qui pose le problème de l’accueil de ces nouveaux arrivants. Pour Stephan Dubost, il y aurait une véritable « prise de conscience » de la part de plusieurs interlocuteurs, notamment des « pays où la priorité n’est pas forcement écologique mais celle de la création d’emplois« .

Selon lui, la prise en compte d’éléments comme la durabilité, l’écologie, est une « source d’énormément d’opportunités d’emploi pour les différents pays africain et pour la France« , qui organise le sommet Afrique France en 2020 sous le thème de la ville durable.

Affirmant qu’il s’agit d’une question de « survie« , le secrétaire général du Sommet, indique que des solutions écologiques et durables qui prennent en compte les considérations sociales sont « une question qui dépasse les dires, la conscience écologique que chacun peut avoir ou pas. C’est une question aussi de survie quelque part pour nos villes et nos territoires ».

Présenté comme un espace de dialogue et de partage d’expériences, le prochain sommet Afrique France donnera l’occasion aux décideurs publics de prendre conscience de l’ampleur des défis de demain au niveau de l’urbanisation, voir les expériences qui ont marché et celles qui ont échoué pour les confronter et parvenir à des solutions concrètes comme des projets pour les villes.

Rappelant que l’ambition n’est pas de trouver des solutions parfaites, et qu’il n’existe pas de « ville 100% durable » même en France, le représentant français estime que la contribution « à faire que les villes intègrent davantage les systèmes environnementaux qui permettent aux populations d’avoir tous les éléments pour vivre de façon décente« , à savoir avec la présence des services essentiels avec en plus l’accès à l’information, à l’éducation, à la formation professionnelle, aux soins, à la culture, au sport, in fine, « on arrivera à une situation où il y aura moins d’obligations de migrer« .

OIT : Amekraz à Abidjan pour une réunion régionale