Projection à Oslo du film « Paris Stalingrad » de Hind Meddeb

20 Oct 2019 à 13:25 Cinéma
Projection à Oslo du film « Paris Stalingrad » de Hind Meddeb

Le film « Paris Stalingrad » de la Marocaine Hind Meddeb a été projeté, samedi à Oslo, dans le cadre de la 11ème édition du festival du cinéma africain « Kino Afrika » qui célèbre cette année les cinéastes africaines.

Hind Meddeb a livré à l’assistance un documentaire humaniste et engagé sur le sort des migrants sans abri pris au piège des rues parisiennes, en faisant mémoire d’un quartier, Stalingrad, où il aura été question de survivre ensemble.

Ce film (2019), coréalisé par Thim Naccache, cartographie le calvaire d’un groupe de réfugiés entre campements de rue, interminables files d’attente devant les administrations et descentes de police. Du collectif, s’élève la voix de Souleymane, exilé du Darfour et arrivé en France après un périple traumatisant de cinq longues années.

La « Ville lumière » lui révèle un autre visage. A la dureté des épreuves répond sa poésie douce-amère, qui vient cohabiter avec la voix off de la cinéaste marocaine.

Sur sa participation au festival, la scénariste s’est dite « très honorée » et « impressionnée » par le travail que mène la communauté africaine établie à Oslo, notant que l’idée est de montrer à l’Occident qu’il y a des femmes africaines engagées dans la lutte contre les préjugés véhiculés sur le Continent, ainsi que sur le monde arabe et musulman.

La participation marocaine a été ponctuée par la projection d’un autre long-métrage « Apatride » de la réalisatrice Narjiss Nejjar, qui relate le drame vécu par plus 350.000 Marocains expulsés d’Algérie en 1975, dépouillés de leurs biens et arrachés brutalement à leurs familles.

La caméra suit Hénia, rôle brillamment interprété par El Ghalia Ben Zaouia, qui se bat pour exister après un douloureux exil forcé, à cause de la marocanité de son père. Restée seule après sa mort, causée par les souffrances endurées, elle connaît bien des déboires et vit, comme une paria, sans papiers, dans l’espoir de retourner retrouver sa mère.

Concours Ana maghribi.a: L'engagement primé