Le PPS change de cap et se dirige vers l’opposition

19 Oct 2019 à 15:27 Politique
Le PPS change de cap et se dirige vers l’opposition

« Déchu » de sa position dans le gouvernement, le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a rejoint « officiellement » les rangs de l’opposition. L’annonce a été faite par les représentants du Parti aux présidents des deux chambres du Parlement, dans la journée du 19 octobre.

Le PPS a eu beau supporter le PJD dans son ascension au pouvoir, mais celui-ci a été « écarté » petit à petit de sa position par le Parti Justice et Développement, notamment en lui retirant ses portefeuilles.

Le Parti de Ali Yata, de Nabil Benabdellah et de ses « camarades », s’est vu déchu de ses sièges dans l’environnement et l’aménagement, pour se voir proposer un portefeuille dans la Jeunesse et les Sports, chose que le PPS a trouvé « insultante » en vue de son histoire politique, selon un membre du bureau politique, qui a requis l’anonymat.

Notre interlocuteur nous a par ailleurs indiqué « comment se fait-il que ce parti qui était au gouvernement, qui a voté le PLF 2020 et d’autres projets, se retrouve à dénigrer ceux-ci ? Il faudrait que le Chef du gouvernement apporte un nouveau programme. Il est tout à fait illogique de poursuivre des chantiers qui ont été réalisés avec le PPS, surtout qu’il devra s’y opposer maintenant ».

Il y’a une nouvelle configuration du gouvernement, depuis que le gouvernement El Othmani II a vu le jour début octobre. Le retrait du PPS du gouvernement devrait ainsi résulter dans une situation de confusion politique, dans la mesure où celui-ci devra dire « non » à des projets sur lesquels ses membres ont travaillé auparavant.

« Déchu » de sa position dans le gouvernement, le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a rejoint « officiellement » les rangs de l’opposition. L’annonce a été faite par les représentants du Parti aux présidents des deux chambres du Parlement, dans la journée du 19 octobre.

Le PPS a eu beau supporter le PJD dans son ascension au pouvoir, mais celui-ci a été « écarté » petit à petit de sa position par le Parti Justice et Développement, notamment en lui retirant ses portefeuilles.

Le Parti de Ali Yata, de Nabil Benabdellah et de ses « camarades », s’est vu déchu de ses sièges dans l’environnement et l’aménagement, pour se voir proposer un portefeuille dans la Jeunesse et les Sports, chose que le PPS a trouvé « insultante » en vue de son histoire politique, selon un membre du bureau politique, qui a requis l’anonymat.

Notre interlocuteur nous a par ailleurs indiqué « comment se fait-il que ce parti qui était au gouvernement, qui a voté le PLF 2020 et d’autres projets, se retrouve à dénigrer ceux-ci ? Il faudrait que le Chef du gouvernement apporte un nouveau programme. Il est tout à fait illogique de poursuivre des chantiers qui ont été réalisés avec le PPS, surtout qu’il devra s’y opposer maintenant ».

Il y’a une nouvelle configuration du gouvernement, depuis que le gouvernement El Othmani II a vu le jour début octobre. Le retrait du PPS du gouvernement devrait ainsi résulter dans une situation de confusion politique, dans la mesure où celui-ci devra dire « non » à des projets sur lesquels ses membres ont travaillé auparavant.

Hélène Le Gal: Le Maroc est "l’aboutissement de tout ce que j'ai fait avant"