Réseaux ferrés : Les ambitions du Maroc pour 2020

09 Oct 2019 à 16:51 Economie
Réseaux ferrés : Les ambitions du Maroc pour 2020

Intégrer en 2020 le club des 20 premiers réseaux ferrés dans le monde, tel est l’ambition du Maroc, a affirmé le ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, ce mercredi 9 octobre, lors de l’ouverture de la 5e édition du Congrès mondial sur la formation ferroviaire. 

Amara, qui se base sur la position du Maroc dans le dernier rapport du World Economic Forum (WEF), a souligné que le capital humain est l’essence même de la réussite et se situe au fond de la profonde mutation que connaît le secteur du transport.

Le ministre estime que cette mutation s’inscrit en droite ligne avec les orientations du Royaume, faisant de l’éducation formation, le cheval de bataille de la dynamique de développement du Maroc pour renforcer sa compétitivité et sa place dans la scène régionale et internationale.

En effet, le mode ferroviaire du Maroc a connu un développement sans précédent suite à la concrétisation d’importants programmes d’investissement pour lesquels le Maroc a mobilisé plus de 70 milliards de DH entre 2008 et 2018 et ont été couronnés par l’avènement du train à grande vitesse « Al Boraq ».

« Ce virage a été amorcé en empruntant volontairement la voie du développement des compétences pointues, axée sur la professionnalisation et la spécialisation des profils », a-t-il expliqué, lors de ce congrès qui constitue, selon lui, « une étape cruciale et inéluctable pour réussir ce changement, qui va sans doute façonner profondément les habitudes de mobilité et créer une nouvelle dynamique territoriale comme l’ambitionne l’Agenda 2063 porté par les chefs d’États africains, retenant parmi les projets phares la connexion ferroviaire à grande vitesse des capitales africaines ».

Organisé par l’ONCF et l’Institut de formation ferroviaire (IFF) du 9 au 11 octobre à Rabat, en partenariat avec l’Union internationale des chemins de fer (UIC), ce congrès mondial vise « à promouvoir une formation plus efficace et plus efficiente tout en renforçant davantage le networking interprofessionnel et des organisations à l’international, et relevant les défis d’une mobilité durable, compétitive, soutenable et performante ».

T3-2019: La croissance économique s'établit à 2,4%