Journée de l’enseignant: 15 « contractuels » distingués par l’AREF de Rabat

09 Oct 2019 à 14:41 Education
Journée de l’enseignant: 15 « contractuels » distingués par l’AREF de Rabat

L’Académie régionale de l’enseignement (AREF) de la région Rabat Salé Kénitra célébrait la journée de l’enseignant au Maroc, quelques jours après la journée mondiale de l’enseignant. Pour cette année, l’AREF RSK a voulu rendre hommage aux enseignants contractuels, en leur consacrant une journée de festivités.

Ils sont une quinzaine, femmes et hommes ayant réussi leur examen d’entrée au sein de l’éducation nationale, et ayant obtenu les meilleurs scores.

« Parmi les enseignants qui ont été mis à l’honneur, nous avons remarqué que les femmes se distinguent par leur nombre par rapport aux hommes (8 femmes et 7 hommes). C’est d’ailleurs une tendance qui se confirme, pas seulement en termes de ressources humaines, mais aussi dans toutes les étapes du cursus scolaire, surtout ces dernières années, les notes de fin d’années, tous examens confondus, les filles obtiennent les meilleurs notes« , a fait remarquer Mohamed Aderdour, le directeur de l’Académie régionale de l’éducation et la formation de la région de Rabat Salé Kénitra.

Ces enseignants venus de différents établissements scolaires de la région de Rabat Salé Kénitra, font partie de la dernière vague d’enseignants contractuels ayant intégré le système, et surtout ayant réussi leur intégration.

En cette journée de célébration de l’enseignant, l’AREF RSK a choisi de les féliciter eux plutôt que d’autres professeurs retraités par exemple, car, après des mois de boycott et de bras de fer engagé entre les enseignants contractuels et le ministère de l’Education nationale, l’Académie régionale de Rabat Salé Kénitra semble vouloir démarrer cette nouvelle année scolaire sous le signe de la réconciliation.

Se félicitant de ce choix porté vers les enseignants contractuels cette année, Mohamed Yazaki, inspecteur de la langue française à l’AREF RSK, estime que « cela représente un tournant historique par rapport à l’enseignement au Maroc. C’est l’avènement de nouvelles générations, avec un nouvel esprit« .

« Nous avons misé sur cette aventure à travers des formations, à travers un dispositif et une loi cadre pour ce nouveau statut », a-t-il ajouté.

Pour le directeur de l’AREF RSK, Mohamed Aderdour, cette journée est « une sorte de geste symbolique pour rappeler les sacrifices des femmes et des hommes de l’éducation nationale, et d’ancrer leur rôle dans la société. Les enseignants, de par le monde entier, ce sont les personnes qui éveillent la curiosité de l’enfant, lui ouvrent les portes du savoir, qui éduquent et forment les générations et qui créent le capital humain ».

Soulignant que l’Académie a pour rôle de remercier et de rendre hommages aux enseignants, surtout à l’occasion d’une journée internationale, Aderdour a expliqué le choix de cette année qui s’est porté vers les contractuels. « Nous avons choisi cette année, de rendre hommage à une partie du corps enseignant que nous chérissons, les cadres recrutés auprès de l’Académie qui ont réussi avec succès leur examen de qualification professionnelle », a-t-i dit.

« Cet examen est actuellement en arrêt, cependant un accord avec les représentants de ces cadres des AREF et le ministère de l’Education nationale a été trouvé pour sa reprise, et nous respectons cette décision », a-t-il fait remarquer, relevant que « néanmoins, nous avons jugé qu’il serait intéressant de rendre hommage à ces enseignants qui se sont distingués par leur réussite ». Pour lui, cette distinction est « en soi, une reconnaissance de ces jeunes cadres, et la perpétuation d’un lien entre le passé et le présent ».

« C’est un encouragement pour ces jeunes diplômés des facultés qui ont débuté une carrière dans l’enseignement, et la consolidation d’un lien avec l’académie », a encore indiqué Aderdour.

Un encouragement qui résonne positivement chez les enseignants contractuels présents dans la salle. Pour Hamid El Himer, l’un des enseignants distingués, « cette journée a pour but d’honorer mais aussi d’appeler à servir et à persévérer avec sérieux pour améliorer le système éducatif et, également donner l’exemple aux autres enseignants », a-t-il tenu à dire, rappelant qu’il ne faut pas oublier qu’au final, ces efforts sont dirigés vers les élèves.

Après l'école inclusive, l'université inclusive?